Cameroon Business

Avec une population de 22,3 millions d’habitants et une position géographique stratégique au bord du golfe de Guinée qui en fait le débouché naturel pour les pays et régions enclavés d’Afrique centrale (Tchad, Centrafrique et le nord du Congo), le Cameroun est incontestablement un pays influent de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale


Dynamique Économique

L’exploitation des réserves maritimes de pétrole depuis le début des années 1970 avait fait du Cameroun l’une des nations les plus prospères d’Afrique tropicale, mais la mauvaise gestion économique, la corruption et la surévaluation de la devise (Franc CFA) ont, ces dernières années, mené le pays à la récession. Le solde du compte courant s’est dégradé, les déficits fiscaux se sont accrus et la dette extérieure a augmenté. Le gouvernement s’est engagé dans une série de réformes économiques soutenues par la Banque Mondiale et le FMI. Cependant, les ressources publiques du Cameroun sont toujours caractérisées par une forte dépendance vis-à-vis des recettes pétrolières. Malgré la baisse des cours, les recettes issues du pétrole et du gaz devraient rester soutenues dans les prochaines années grâce à la mise en service de nouveaux puits et à la mise en œuvre de nouvelles techniques d’extraction. Les investissements étrangers ont augmenté ces dernières années mais leur niveau reste encore relativement faible, en raison notamment d’infrastructures insuffisantes et d’un niveau de corruption élevé (136 sur 175 selon Transparency International).

La crise financière internationale des années 2008-2009 a durement frappé l’économie camerounaise avec de fortes baisses des valeurs d’exportation de nombreuses productions. Toutefois depuis 2009, le pays connaît une croissance plus soutenue, de 5,6% en 2013 et 5,1% en 2014. Le pays reste en bas du classement Doing Business 2015 de la Banque Mondiale sur l’environnement des affaires (158 sur 189). Le système bancaire s’est stabilisé mais certaines petites banques commerciales demeurent en grande difficulté.

Les autorités tentent d’améliorer les politiques en faveur de l’éducation (le pays souffre d’un fort taux de sous-emploi et de chômage, notamment chez les jeunes diplômés) et de la santé, avec la nouvelle université à Bamenda, la construction d’hôpitaux et l’amélioration de la prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques, mais peu de grands projets, dans ces secteurs comme dans les autres, se concrétisent. La réforme du secteur public devrait se poursuivre avec la finalisation du processus de privatisation de certaines entreprises publiques et la création d’un guichet unique dans le cadre d’une volonté d’amélioration du climat des affaires.

Indicateurs de croissance 2011 2012 2013 2014 2015 (e)
PIB (milliards USD) 26,61 26,49 29,27 32,16 34,40
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,1 4,6 5,5 5,1 5,2
PIB par habitant (USD) 1.271 1.234 1 1.427 1.489
Endettement de l’Etat (en % du PIB) 13,2 15,4 19,0 24,4 28,6
Taux d’inflation (%) 2,9 2,4 2,1 3,2 2,6
Balance des transactions courantes(milliards USD) -0,72 -0,96 -1,07 -1,12 -1,18
Balance des transactions courantes(en % du PIB) -2,7 -3,6 -3,7 -3,5 -3,4

Source : FMI – World Economic Outlook Database ; CIA – The world factbook – dernières données disponibles.

Note : (e) Donnée estimée

LES PRINCIPAUX SECTEURS ÉCONOMIQUES

Le secteur primaire contribue à environ 20% du PIB. Il emploie plus de 61% de la population active. Avant l’avènement du commerce du pétrole (qui pèse aujourd’hui à lui seul plus de 8% du PIB), l’agriculture était le pilier économique du pays. Le Cameroun reste l’un des principaux producteurs mondiaux de certaines denrées alimentaires, notamment le cacao, le café, les bananes, les produits dérivés de la palme, mais aussi le tabac, le caoutchouc et le coton. La pêche et la sylviculture sont deux autres activités importantes du pays. Parmi les principales ressources minérales du Cameroun, on retrouve le minerai de bauxite et le fer.

Le secteur secondaire compte pour 30% du PIB. Les principales industries du pays sont l’industrie agroalimentaire, la scierie, la fabrication de biens de consommation légers et le textile.

Le secteur tertiaire représente près de la moitié du PIB (47% en 2013) et emploie près de 29% de la population active. Ce secteur profite de l’activité économique créée autour de grands projets énergétiques. Le secteur des services est en pleine croissance, poussé en particulier par l’essor des télécommunications et du trafic aérien.

Répartition de l’activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l’emploi total) 53,3 12,6 34,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 22,9 29,9 47,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,7 5,7 6,1

Source : Banque Mondiale – dernières données disponibles.

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d’activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateurs monétaires 2010 2011 2012 2013 2014
Franc CFA BEAC (XAF) – Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 655,66 656,19 656,33

Source : Banque Mondiale – dernières données disponibles.

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Plus d’informations sur la page “Market Analyses about Cameroon” de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Partenaires ECAM